Les meilleures astuces pour faire des économies d’énergie

L’économie d’énergie n’est pas un mythe. En effet, c’est devenu l’objectif commun des pays industrialisés grands consommateurs d’énergie à partir du XXe siècle après la crise pétrolière sentie. À ce titre, il existe différentes techniques aboutissant a des économies d’énergie.  

Comprendre les bienfaits de l’utilisation des énergies renouvelables

Le recours aux énergies renouvelables constitue la meilleure alternative pour une performance énergétique garantissant une véritable économie d’énergie. En effet, celles-ci se caractérisent par les options suivantes : la biomasse, l’énergie éolienne, l’énergie géothermique, l’énergie hydraulique (hydrolienne, marémotrice, osmotique, thermique des mers et vagues) et l’énergie solaire (thermique ou voltaïque).

En effet, la biomasse, exploitée sous l’effet de la photosynthèse, est une ressource naturelle capable de produire des biocarburants. Ensuite, l’énergie éolienne nécessite l’installation des moulins et autres équipements moins coûteux pour transformer l’énergie mécanique en énergie électrique. Celle-ci permet également de faire tourner des meules à grains ou les pompages-compressions de liquides ou les voiliers et produire une quantité suffisante en énergie électrique. Puis, la source géothermique (à basse ou haute température) peut approvisionner les centrales électriques ou de chauffages. En milieu professionnel, celle-ci peut subvenir de façon permanente aux besoins de : balnéothérapie, chauffage de serres par paillages radiants, chauffage urbain, climatisation, conserverie, élevage animal, évaporation dans la production du sucre, extraction de sel, fabrication d’alumine, pisciculture, piscine, réfrigération, séchage (bois, diatomées, matériaux organiques, poissons), etc. Aussi, la source hydraulique est une énergie cinétique à usage potentiel conditionnée par les phénomènes marins (chute d’eau ou cours d’eau ou courant marin ou marée ou vague). Utilisée de manière directe ou indirecte, celle-ci peut tourner la roue d’une noria ou d’un moulin à eau, construire des pâtes à papier et bien d’autres. Enfin, l’énergie solaire (photovoltaïque ou thermique) peut alimenter les centrales électriques ou paniques, chauffer ou sécher différents appareils technologiques.

Découvrir les différents appareils qui pouvant fonctionner à économies d’énergie

Dans un milieu domestique ou professionnel, il existe différents types d’appareils technologiques à économie d’énergie conçus pour être alimentés par les sources électriques et satisfaire les besoins réguliers et produire efficacement.

Notamment, la mise en place de : chaudières à bois ou à gaz, climatisation, éclairage, installation électrique, outils électroménagers (aspirateur, barbecue, bouilloire, centrale a vapeur, centrifugeuse, cireuse, climatiseur mobile ou monobloc, congélateur, cuiseur de riz, cuisinière a gaz, cuit vapeur, fer ou presse ou rouleau ou table a repasser, fouet électrique, grille a pain, hotte aspirante, plaque a induction, lave linge ou vaisselle, mixeur, moulin a café, mutlicuiseur, nettoyeur a vapeur, plaque vitrocéramique de cuisson, pierrade, réfrigérateur, robot de cuisine, sèche-cheveux, tondeuse robot, etc.). À cela s’ajoute certains outils cosmétiques (bandelettes pH, casserole, balance de précision, produit dépilatoire, mortier et pilon, petit fouet avec spatule), poste de travail (ordinateur, Smartphone, tablette, etc.), la télévision, tracteur tondeuse…

Limiter le recours à l’utilisation des énergies non renouvelables

Les énergies non renouvelables demeurent les sources énergétiques basiques aux foyers ou en milieu professionnel. La consommation énergétique en question est caractérisée par l’utilisation des énergies fossiles (telles que le charbon de bois, le gaz naturel et le pétrole) et les énergies nucléaires. Toutefois, l’utilisation des énergies fossiles influe sur le réchauffement climatique incessant grâce la fourniture de CO2 en masse dans l’atmosphère. Par contre, le recours à l’utilisation des énergies nucléaires génère du CO2 en masse, de l’empiétement aux énergies renouvelables, des déchets chimiques et radioactifs, des polluants aériens, du réchauffement de l’air, de l’émission des gaz à effet de serre, du réchauffement climatique ainsi que les cours d’eau voisins.

D’emblée, l’utilisation des sources électriques et chauffantes à base d’énergies non renouvelables se trouve en quantité limitée, génère de la pollution et est très nocive pour la santé humaine et des autres ressources naturelles environnantes et est généralement chère.

Conseils pour réduire sa consommation d’énergie

En général, il existe différentes techniques efficaces et efficientes permettant d’optimiser sa consommation énergétique.

En premier lieu, la réduction de la consommation en énergie non renouvelable doit se faire en réduisant les besoins en énergie. En effet, l’utilisation des énergies renouvelables participe au développement durable, aux économies d’énergie, à la haute performance énergétique, à la qualité environnementale, et à la stabilité de l’écosystème. Toutefois, vous pouvez adopter des habitudes rationnelles. Comme le fait de débrancher régulièrement les matériels électriques après usages, l’extinction des lumières après usage, l’optimisation de la consommation énergétique quotidienne, la réduction du système de chauffage et climatisation… En second lieu, vous pouvez opter pour les techniques suivantes : les travaux d’isolation, l’installation des mécanismes d’inertie thermique, le recours aux meilleurs appareils de ventilation, l’option en éclairage naturel. En effet, les techniques d’isolation (à base de laine de roche ou laine de verre ou du polystyrène ou autres matériaux) constitue à la fois un confort de l’habitat, une solution de chauffage économique et est de nature phonique-thermique. Puis, les matériels de ventilation (tels que les bois déchiquetés, les briquettes, les bûches classiques, le chauffage au bois, les granulés, les plaquettes forestières ou autre) sont de meilleures alternatives de combustibles. En dernier lieu, vous pouvez également opter pour la valorisation du système bioclimatique pour la rénovation énergétique lors de la construction immobilière, l’abandon total aux appareils électriques ou du moins combiner les 2 sources d’énergie (renouvelables et non renouvelables) pour une consommation optimale, l’installation des panneaux solaires, l’installation des chaudières à gaz ou à bois, etc.

 

 

Comment aménager son jardin extérieur ?
Achat de menuiseries : comparer les devis pour bien choisir